Amine Zgarni

Amine Zgarni

C'est en forgeant qu'on devient forgeron

Quel est le diagnostic de l’auteur du Coran?

L’auteur du Coran est-t-il un patient psychotique, ou notre affirmation est-elle simplement motivée par des considérations litigieuse ??

Beaucoup pensent que lorsque nous écrivons sur la psychose de l’auteur du Coran, nous cherchons à exagérer juste pour controverser.

Mais la vérité est complètement différente.

Le problème des chercheurs et des intellectuels est clair ici. La psychiatrie est une science spécialisée connue seulement par ceux qui s’y spécialisent et la pratiquent. Comme toutes les branches de la médecine. Une spécialité ayant ses règles et ses moyens de diagnostic. L’idée des intellectuels sur la maladie mentale ne diffère pas de l’idée des gens du commun, ils n’en savaient pas plus à cause de la nature de cette science. La psychiatrie est une spécialité avancée qui est étudiée après l’achèvement de l’étude de la médecine humaine. Même le médecin humain spécialisé en médecine interne ou en chirurgie ne connait pas bien cette spécialité.

Et quand on parle de maladie psychotique, les gens pensent directement à la schizophrénie ou au retard mental. Des images de cet homme vulgaire leur viennent à l’esprit, perdant la capacité d’interagir. Les vêtements sales et minables qui mangent des ordures et de la saleté, se parlent et collectent les déchets dans leurs poches. Lorsque cela se compare à la biographie bien connue du récitant du Coran et à son succès dans la création d’un groupe religieux et à sa victoire sur ses opposants, il exclut l’idée et pense que nous parlons du titulaire du Coran et l’accusons de maladie mentale comme une question d’exagération.

Un patient psychotique est diagnostiqué par des signes spécifiques qui apparaissent dans ses mots, et puisque ces signes sont présents dans le Coran, le Coran est donc un miroir médical honnête de la maladie de son auteur. En fait, la seule façon de diagnostiquer la plupart des troubles psychotiques est la parole et le comportement du patient.

Lorsque suffisamment de signes diagnostiques sont disponibles pour établir un diagnostic spécifique et exclure le diagnostic différentiel, le diagnostic spécifique est posé. Une des différences dans le diagnostic qui devrait être exclue est que ces signes ne sont que des variations naturelles. C’est à dire exclure que la personne est en bonne santé.

L’auteur du Coran n’est pas atteint par la schizophrénie ou par un retard mental. Les maladies psychotiques sont très nombreuses. Comme Ahmad Qadian, Hitler, Staline, Rasputin, Qadhafi, Paul, Jaafar al-Sadiq, le fondateur de la foi Bahai, et bien d’autres. La maladie de l’auteur du Coran est un trouble de l’illusion. C’est une maladie dont le public et les intellectuels ne savent que peu ou rien. Une maladie connue seulement de l’élite des médecins et spécialistes du même domaine.

Le symbole pour la ICD-10 est F22

L’auteur du Quran remplit tout ce qui est nécessaire pour diagnostiquer cette maladie.

Essayons de répondre à trois questions diagnostiques principales:

  • Quels sont les critères de diagnostic de cette maladie?
  • Le récitant du Coran remplit-il ces critères?
  • Est-il suffisant d’atteindre ces critères pour exclure que la personne est en bonne santé et que ces critères ne sont pas seulement la diversité comportementale naturelle?

Critères diagnostiques

Voyons quels sont les critères pour diagnostiquer cette maladie du DSM5:

  • A. La présence d’un (ou plusieurs) délire(s) d’une durée d’un mois ou plus
  • B. Le critère A pour la schizophrénie n’a jamais été rempli. Remarque: Les hallucinations, si elles sont présentes, ne sont pas importantes et sont liées au thème du délire (par exemple, la sensation d’être infesté d’insectes associée à des délires de infestation).
  • C. En dehors de l’impact du ou des délires ou de leurs ramifications, le fonctionnement n’est pas sensiblement altéré, et le comportement n’est pas manifestement bizarre ou étrange
  • D. Si des épisodes maniaques ou de dépression majeure sont survenus, ils ont été brefs par rapport à la durée des périodes de délire.
  • E. La perturbation n’est pas attribuable aux effets physiologiques d’une substance ou d’un autre médicament (y compris les médicaments) et ne s’explique pas mieux par un autre trouble mental tel que le trouble dysmorphique ou Trouble obsessionnel compulsif.

Il définit ensuite l’espèce. Il en existe de nombreux types, dont les plus importants sont: Type grandiose: ce sous-type s’applique lorsque le thème central de l’illusion est le conviction d’avoir un grand talent (mais non reconnu) ou une perspicacité ou d’avoir fait une découverte importante.

Le diagnostic de l’auteur du Coran est: trouble délirant de type grandiose. Comme nous le verrons plus loin, tous les critères sont applicables au récitant du Coran. Nous savons que le récitant du Coran est complètement différent de tous les gens normaux. Ses disciples disent que la raison de la différence est la prophétie. Nous disons qu’il s’agit d’un trouble délirant.

Passons en revue les critères de diagnostic des troubles délirants et voyons comment le récitant du Coran réponds aux critères:

Le premier critère selon DSM5: A.
La présence d’un (ou plusieurs) délires d’une durée de 1 mois ou plus.

Qu’est-ce qu’une illusion: Le délire est une perte du sens de la réalité, se manifestant par des convictions fausses, auxquelles le sujet adhère totalement, sans preuve concluante de son authenticité, étrange de la réalité, incompatible avec les matières naturelles que les gens connaissent.

Parfois, les délires sont de nature étrange et ne peuvent se produire que dans les délires, et parfois ils pourraient se produire théoriquement dans la réalité.

Parmi les idées délirantes bizarres chez récitant du Coran, il y a la conversation avec les anges et la croyance du patient qu’il est une personne distinguée choisie pour porter un message à l’humanité ou qu’il a voyagé jusqu’aux derniers cieux et a rencontré Dieu.

Ces délires bizarres étranges ne se produisent pas réellement.

L’auteur du Coran a souffert de plus d’un délire, dont le plus important est le délire de grandeur, le fait qu’il soit choisi par le ciel. Et qu’il est la meilleure figure de l’univers après Dieu. Et que Dieu et les anges prient pour lui. Et c’est l’élite du fils d’Adam. Et que c’est le Choisi et Sélectionné « Moustafa » pour se connecter avec le ciel et de sauver l’humanité. Et il est l’intercesseur le jour du jugement.

Outre cette illusion claire, l’auteur du Coran a également souffert d’autres délires dont celui de la jalousie, en interdisant à ses compagnons de visiter sa maison et à ses femmes de sortur en se maquillant. On peut dire que c’est une jalousie maladive qui ne s’est pas égarée en un délire.

L’auteur du Coran a également souffert de délire de référence. C’est le délire selon lequel les événements, les objets, ou les autres personnes de l’environnement immédiat du sujet ont une signification particulière et inhabituelle. L’auteur du Coran pensait que les gens lui jettent des coups d’oeils d’ici et de là, le tâtonnaient, se moquaient de lui quand il passait.

Il a souffert de l’idée délrante de persécution et l’a planté dans le cœur de ses disciples à ce jour. Tout le monde complote contre eux et veut les détruire, et les juifs et les chrétiens ne seront pas satisfaits de lui tant qu’il n’aura pas suivi leur religion.

Le premier critère est comme vous le constatatez est remplit par le récitant du Coran dans tous les sens.

Le manque d’attention du peuple face aux perturbation du récitant du Coran est dû à une chose: l’institution de la prêtrise promeut l’erreur de prophétie comme une chose naturelle et a implanté l’idée dans les cerveaux des enfants dès leur plus jeune âge.

Similaire à l’idée de Djinn, de magie, de sorcellerie et d’œil. Un enfant dont la réflexion n’a pas mûri et dont les superstitions sont instillées dans son esprit comme des « choses naturelle » ne peut pas distinguer plus tard et questionner. Et les personnes à faible intelligence ne peuvent pas distinguer la superstition de la réalité.

Le deuxième critère: B. Le critère A pour la schizophrénie n’a jamais été atteint. Remarque: Les hallucinations, si elles sont présentes, ne sont pas importantes et sont liées au thème délirant.

Le deuxième critère de diagnostic du trouble délirant est que les critères de schizophrénie n’ont été respectés à aucune période de l’histoire de la maladie ou de la vie du patient. Autrement dit, la maladie n’est pas la schizophrénie. Le trouble du délire est différent de la schizophrénie.

Lorsqu’il y a le moindre signe indiquant une schizophrénie, ce diagnostic est refusé. Et comme nous l’avons mentionné, le récitant du Coran n’est pas atteint de schizophrénie, mais d’un trouble du délire. C’est ce que de nombreux intellectuels ne réalisent pas sur la maladie de l’auteur du Coran.

L’auteur du Coran ne souffre pas de schizophrénie. Son état n’est pas non plus le résultat de l’épilepsie du lobe temporal.

L’auteur du Coran a peut-être souffert d’épilepsie du lobe temporal dans son enfance, par exemple, et il y avait encore un certain effet, mais l’épilepsie du lobe temporal n’est pas l’explication convaincante de son état différent. C’est l’interprétation hâtive de l’état de l’auteur du Coran, tout comme la prophétie est l’interprétation superstitieuse du cas de l’auteur du Coran, qui a été adopté par ses disciples et d’autres prêtres du temple de Koraich.

Les hallucinations peuvent ne pas être trouvées dans les troubles délirants. Les hallucinations sont des perceptions sensorielles qui se produisent sans stimulus externe. Les hallucinations arrivent sans cause apparente.

Les hallucinations peuvent être auditives si la personne entend une voix forte. Une voix que personne d’autre ne peut entendre et personne d’autre ne peut entendre. Les hallucinations peuvent être visuelles, olfactives et tactiles. Et lorsque les hallucinations se retrouvent dans un trouble délirant, elles sont très peu nombreuses et liées au sujet de l’illusion.

Dans le cas des hallucinations incandescentes du Coran, c’est la révélation. Il est centré sur l’axe du trouble dèlirant, à savoir le délire de grandeur. Les hallucinations de l’auteur du Coran sont essentiellement auditives. C’est l’audition des anges. Une voix que personne d’autre n’entend.

L’auteur du Coran a également souffert de très peu d’hallucinations visuelles au début de sa maladie, comme voir un ange avec 600 ailes et voir un étranger dans le laurier et à l’horizon, alors qu’il s’approchait et tomba, donc c’était juste au coin ou à la fin de la fin.

Les hallucinations de la révélation sont totalement liées à l’illusion de la prophétie, du message et de la sélection.

L’auteur du Coran a également entendu parler les arbres et les pierres qui le saluent. Il a vu les soldats se battre avec lui que personne d’autre ne pouvait voir. Il a vu un ange dans la grotte. Il a vu un fantôme dans le fameux test de Khadija. Ce fantôme, que Khadija n’a jamais vu, a disparu lorsque Khadija a révélé ses cuisses, comme nous le disent les partisans de l’auteur.

Le troisième critère de diagnostic: C. En dehors de l’impact de l’illusion (s) ou de ses ramifications, le fonctionnement n’est pas notablement altéré et le comportement n’est évidemment pas bizarre ou étrange.

C’est l’une des normes différentielles les plus importantes. Les performances du patient ne devraient pas être fortement affectées par la vie sociale, pratique et personnelle, sa personnalité ne devrait pas se détériorer et son comportement ne devrait pas être clairement surprenant. Le contraire de la schizophrénie, dans laquelle la performance sociale et fonctionnelle du patient est perturbée.

Dans les troubles du délire comme la prophétie, le patient est toujours en mesure de discuter, construire des armées, se marier, travailler, créer des groupes, mener des activités et créer un pays. Et le comportement du patient ne doit pas être totalement fantaisiste ou superstitieux. Le comportement du patient signifie qu’il n’est pas clair que le propriétaire est un patient mental et apparaît comme un comportement raisonnable.

Bien que les idées d’une personne atteinte de troubles délirants soit étranges et superstitieuses, son comportement est acceptable et la personne moyenne le considère comme normal.

Ce signe important de trouble de l’illusion est ce qui fait que les gens du commun ne comprennent pas que l’auteur du Coran est malade et exclut sa maladie parce qu’ils s’attendent à l’inverse exactement comme ils attendent de la schizophrénie. Ils s’attendent à ce que son comportement soit aussi fou qu’un patient atteint de schizophrénie.

L’auteur du Coran s’est mariée, a établi de nouvelles armes, formé une armée, combattu ses ennemis, gagné et établi une méthode pour ses disciples. Oui, cela s’est arrivé. Cela clarifie quel est le diagnostic du récitant du Coran. Alors que ceux qui ne connaissent pas ce diagnostic le considèrent comme quelque chose qui nie le diagnostic de la maladie. Mais comme nous voyons qu’il s’agit d’une condition préalable à son diagnostic.

Pour diagnostiquer un trouble délirant, la capacité d’une personne à fonctionner socialement et professionnellement doit être solide. Sa personnalité doit être stable et ne pas se détériorer.

Quatrième norme: D. Si des épisodes maniaques ou dépressifs majeurs se sont produits, ils ont été brefs par rapport à la durée des périodes délirantes.

Si des épisodes de troubles de l’humeur se produisent, le rapport de leur durée à la durée totale de la maladie totale est faible. L’auteur du Coran a vraiment souffert de troubles de l’humeur.

Sa biographie nous dit qu’il a longtemps été isolé des gens. Il est devenu triste et a failli se jeter des plus hautes montagnes. Il s’est caché dans un raid sombre.

Le Coran nous raconte aussi que l’auteur a interdit la joie et a demandé aux gens pourqoi rire et ne pas pleurer, et a dit que Dieu n’aime pas les joyeux.

En outre, il y a des Sourates du Coran caractérisées par de brefs passages intenses de pensées chaotiques à bout de souffle comme Al-Najm, Al-Qamar, Surat Al-Muddathir et Al-Muzzammil. Les histoire lors de l’écriture de ces Sourates coïncident parfaitement avec des épisodes maniaques.

C’est ce qui distingue le discours du patient dans les épisodes de la manie de grandeur.

Il est clair que ces saisies se sont limitées à l’apparition de l’incidence de l’incisive du Coran, par le désordre délirant de la prophétie. Ces attaques ont disparu dans la ville.

Par conséquent, la forme du Coran et la façon dont il a été composé sont passées de paroles de prière courtes, hâtives et haletantes à de longs passages mal bornés qui dépendaient de la rime.

Ce qui vaut en outre, c’est que les délires sont divisés en deux types: les délires acceptables, pafois inapercues, qui sont des délires qui peuvent réellement survenir et qui ne sont connus du médecin qu’avec l’aide d’une autre personne qui connaît le patient.

Un exemple de cela est lorsque le patient pense que son chef au travail parle mal de lui et a l’intention de le licencier. C’est possible. La vérité en la matière ne peut être apprise que par le chef lui-même et ses collègues.

Le deuxième type est désagréable, et ne passe pas inapercu. Tout étrange et superstitieux. Par exemple, un nettoyeur dit que la CIA le regarde avec des satellites. Ou que les envahisseurs spatiaux de Mars le poursuivent.

L’auteur du Coran souffrait de deux types, mais à des degrés différents.

Pour découvrir la vérité sur les délires de la personne dans le Coran, imaginez que votre voisin est venu vers vous et a dit: J’ai été choisi par le ciel pour être le Sauveur, le Sauveur et le meilleur enfant d’Adam. Ce message m’a été délivré par un étranger avec 600 ailes sur moi. J’ai voyagé à la fin de l’univers sur le dos d’une mule ailée. Et Dieu a envoyé 5 000 anges se battre avec moi. Et bien d’autres exemples.

Si l’orateur est votre voisin, vous pouvez voir à quel point ces idées sont féeriques.

Mais s’il arrive que votre esprit soit instillé depuis votre enfance par des personnes en qui vous avez confiance en tant que parents et votre enseignant que ce voisin a des capacités surnaturelles et que le ciel s’adresse à lui et qu’il est le Sauveur et le Sélectionné, vous ne verrez pas la fée superstitieuse ni l’absurdité de l’absurde et votre lavage de cerveau précoce pourra détourner votre capacité logique.

Ce sont des exemples des délires désagréables subis par le récitant du Coran. Et à cause du lavage de cerveau précoce qui prive la capacité de l’étudier logiquement, on y croit métaphysiquement et on ne voit pas la vérité de sa superstition.

Les chiites croient également à la présence de la personne au sous-sol, et les sunnites y voient un mythe. En effet, la foi en la personne de la crypte immortelle n’est pas différente de croire en la mule volante ou de s’adresser à un étranger ailé dans le laurier portant un nom hébreu, parlant l’arabe standard et parlant couramment les systèmes de rimes en langue arabe.

Comme nous l’avons vu, les critères de diagnostic des troubles délirants sont devenus scientifiquement clairs et fiables.

L’auteur du Coran remplit suffisamment ces critères pour le diagnostiquer.

Les normes qui sont disponibles chez la personne qui connaît le Coran, et qui se reflètent dans ses paroles et ses récits coraniques, rendent impossible qu’il soit une personne en bonne santé mentale.

DROP A COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :